Retour accueil technique
La lune Notre satellite naturel décrypté

Carte générale de la face visible de la Lune, avec le nom de ses différentes formations (CONSTELLATIONS ET PLANETES - GRUND)

La lune est le seul satellite naturel de la Terre. C'est l'objet le plus proche de la Terre et l'un des objets les plus brillants du ciel, ce qui en fait une cible facile et favorite pour les débutants. Observer le satellite naturel de notre planète Terre au télescope est surtout l'un des spectacles les plus fabuleux pour un amateur.

Le rôle de la lune est essentiel dans l'existence de la vie et l'équilibre du climat sur la planète bleue. Grâce à elle, la Terre présente une obliquité constante d'environ 24° dont Eratosthène fut le premier à en démontrer l'existence. Grâce à elle, la durée des journées sur Terre est stabilisée à 24 heures.

Pendant une décennie de 1999 à 2010, j'ai longuement étudié la lune avec mon télescope CELESTRON 8 et ma lunette SKYWATCHER 80ED/600 en visuel et avec une caméra CCD monochrome. Pour la seule beauté du spectacle à l'oculaire des cratères défilant à grossissement faible à fort ou pour évaluer les capacités de résolution d'une optique, la lune est une cible appropriée.

Diamètre

3476 kms

 Période de rotation axiale

27,3 jours

Périgée

356410 kms

Apogée

406697 kms

La lune est le "soleil de minuit" lorsqu'elle est pleine. Son diamètre apparent est très sensiblement le même que celui de notre étoile, le soleil, soit 30 min d'arc (un demi degré d'arc), coincidence permettant la manifestation d'éclipses totales de soleil régulièrement à certains endroits du globe.


Caractéristiques lunaires

La lune est un astre inerte et désert, sans atmosphère. On peut distinguer à l'oeil nu les principaux éléments du relief lunaire.

Les mers (parties sombres) couvrent 15 % de la superficie de ce satellite, le reste étant principalement formé de zones montagneuses, marquées de nombreux cratères. Les formations les plus couramment associées au relief lunaire sont les cratères, dont des dizaines de milliers ont été révélés par les observations effectuées depuis la Terre et par des engins d'exploration placés en orbite autour de la Lune. La quasi-totalité de ces cratères sont dus à des impacts de météorites dont l'origine est très ancienne. On constate que beaucoup des cratères les plus récents sont situés au centre d'un important système de lignes rayonnantes qui s'étendent très loin sur le sol lunaire. Ces lignes ont été tracées par des projections de matériaux consécutives à l'impact qui creusa le cratère.

En outre, certains cratères entourent un haut piton central, qui est également une conséquence de l'impact.

Les grandes étendues sombres des plaines ont été produites par les écoulements de lave qui envahissent les régions les plus basses de la surface lunaire, il y a 3,5 milliards d'années. On y voit très peu de cratères, ce qui permet d'en déduire la formation relativement récente.


Son observation

L'observation de la Lune est accessible à tous les instruments. La moindre longue-vue vous familiarisera avec l'aspect général de notre satellite.

La lune est un objet captivant sur lequel on peut obtenir d'agréables vues, à n'importe quel grossissement.

Pour l'observation spécifique de la lune, une lunette de 125 à 150 mm ou un réflecteur de 200 à 250 mm, constitue un excellent télescope d'observation de la Lune. Il est important que l'instrument soit fixé sur une monture équatoriale stable, équipée préférablement d'un mécanisme d'entraînement car l'observation de détails spécifiques sur la lune nécessite surtout de forts grossissements.

Les oculaires jouent également un rôle important dans l'observation lunaire. En fonction de leur type et de leur focale, ils permettent de faire varier l'agrandissement et leur qualité, joue un grand rôle dans la qualité des images obtenues. Un bon oculaire orthoscopique, de marque Plössl ou Kellner de 20 à 25 mm convient parfaitement. L'observation à faible grossissement (de 60 X en général) permet d'apprécier le disque lunaire globalement, tandis qu'un grossissement moyen (environ 150 X) permet d'étudier des régions plus particulières.

L'observation à plus fort grossissement exige de bonnes conditions, avec une turbulence faible. Le grossissement de 300 X, utilisable dans de bonnes conditions à partir de 150 mm d'ouverture, permet le mieux d'observer les détails importants. A un tel grossissement, un oculaire Plössl n'offre plus une qualité optique suffisante. Les excellents oculaires LV de Perl-Vixen que j'utilise en 10 et 5 mm, améliorent l'image de façon remarquable.

Lorsque les turbulences sont vraiment très faibles voir exceptionnellement nulles, une lentille achromatique de haute qualité de barlow permet l'emploi de grossissements extrêmes (plus de 600 X) à partir d'une ouverture d'au moins 250 mm.


Eclat et filtres

L'observation de la Lune à faible et moyen grossissement est souvent éprouvante, à cause de son éclat lorsque celle-ci est "grosse".

Bien que la Lune ne réfléchisse que 7 % de la lumière reçue, elle n'en demeure pas moins un objet extrêmement brillant et il convient de réduire cet éclat en employant des filtres neutres. Un jeu de filtres polarisants convient parfaitement.

Arnaud FIOCRET © 2003 (2012)

Toutes les images ainsi que les textes de ce site sont protégés par les lois internationales sur le copyright et ne peuvent être utilisés, sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite de son auteur. © Copyright Arnaud FIOCRET.