Retour accueil douance
Ce site est à la fois une épopée intellectuelle autobiographique mais surtout un devoir en tant qu'individu à haut potentiel d'apporter un éclairage en ligne sur cette fameuse différence communément appelée "surdon", "haut potentiel" ou "précocité". Loin d'être initialement un avantage, il est souvent hélas mal vécu par 2/3 des enfants surdoués en France et peut même prendre l'aspect d'un véritable handicap de vie. Ce sont par les grandes providences de la vie par lesquelles j'ai été invité, à partir de février 2011, à me réintéresser à ma spécificité congénitale. Au cours de la vie, en effet, les impacts collatéraux induits insidieusement par la surefficience mentale se font sentir plus ou moins fortement selon les différentes périodes de l'existence. Les enfants surdoués ne devraient pas avoir à se cacher pour se protéger des attaques du monde extérieur et ne devraient pas avoir à souffrir de leur différence. Malheureusement, encore aujourd'hui, la détresse des enfants à haut potentiel intellectuel demeure une réalité. Le témoignage du Docteur Patrick MISSE, médecin ophtalmologue, parent d'enfants précoces, est l'occasion d'aborder ce triste constat de face, sans se bander les yeux :

Ce témoignage relate une réalité sur le vécu dramatique de certains enfants surdoués qui fut aussi la mienne, dès 1988, à mon entrée au Cours Préparatoire. J'appartiens au tiers des enfants surdoués dont ma relation à la scolarité fut véritablement chaotique. Depuis toujours, je fus un rebelle incontournable de l'éducation nationale car dès le départ, on a voulu me formater et me faire entrer dans un moule...Or, moi, je me suis toujours senti à l'étroit dans ce moule !
Si rebelle au système éducatif que cela s'est vu dès le départ par des notations catastrophiques. Rebelle aussi à ce système car j'ai eu des problèmes de vue et de surdité qui m'ont handicapé le début de mon existence en m'imposant de travailler qu'avec trois sens sur les cinq, se faisant que j'ai démarré avec un sacré handicap pour apprendre et c'est la faute en partie en l'éducation nationale qui n'avait pas fait son travail dans la transmission des dossiers.

Rebelle à l'éducation nationale car il me fallait dès ma plus tendre jeunesse de l'expérimentation, de la réflexion, de la créativité, du défi, du concret...Mais certainement pas être une machine à réciter bêtement des "théorèmes" à apprendre par coeur !

L'enfant surdoué n'est pas scolaire et j'en fus la plus parfaite illustration.

Jusqu'à l'âge de 13 ans, je n'avais goût en rien à l'enseignement. J'étais nul partout sauf en sciences où je me tapais systématiquement 20/20 ce qui avait bonne raison d'agacer ces mêmes instituteurs et institutrices car ils n'y comprenaient rien, me traitant de fainéant écervelé ! Quand mon instituteur de CM2 posait une question piège en culture générale, j'étais presque toujours celui qui détenait la réponse, ce qui avait également la raison d'agacer mes camarades de classe, surtout les têtes de classe, qui n'y comprenaient rien non plus ! Je passais vraiment pour un falsificateur, un trublion du troisième type, un extraterrestre ! En 1995, ma différence devient réellement un fardeau. La différence est tellement mal vécue au collège en pleine cinquième car agressé sévèrement physiquement ainsi que moralement par un groupe de plusieurs camarades que j'en viens vraiment à imaginer le pire. C'est l'échec scolaire profond. Mes parents sont obligés d'opter en catastrophe pour la déscolarisation pour sauver ce qu'il reste encore de positif en moi.

C'est en septembre 1997, à mon entrée au lycée en enseignement technique à l'âge de 14 ans (cadet de ma classe) que se produira le fameux déclic libérateur, souhaité pour beaucoup d'enfants surdoués à la recherche de leur "moi". Se trouver et se réaliser enfin, tel est l'objectif final espéré pour tous.

Comme la plupart de ces ex-enfants en grande souffrance scolaire et psychologique à cause de leur QI marginal, j'ai été suivi pendant quelques années dans les années 90 par l'AFEP (Association Française pour les Enfants Précoces) dont mes parents furent adhérents. Heureusement dans mon existence propre, cette surefficience n'est pas un encombrement sauf peut-être la nécessité impérative de devoir créer pour me sentir épanoui (avec les mots comme avec l'image), ce qui s'illustre parfois par un ennui profond et durable dans mon activité professionnelle. L'art est la porte naturelle d'épanouissement et d'évacuation de ce petit "surplus" d'effervescence, un peu à l'image de ce que représente une cheminée pour une chaudière poussée à plein régime (métaphore logique avec mon secteur d'activité).

Adulte anti-conformiste au point de fuir les structures "élitistes" qui n'apportent à mon sens absolument rien à l'humanité si ce n'est de se complaire vaniteusement dans cette différence avec des pairs, je me reconnais parfaitement dans la profession de foi humaniste défendue par le GAPPESM consistant à s'occuper tout d'abord des personnes qui souffrent avant de s'occuper de celles qui vont très bien. Ma propre souffrance est un puits d'expériences inestimable me permettant d'appréhender objectivement cette question. Je ne perd jamais de vue avec mes correspondants, bien que réelle richesse, le haut potentiel intellectuel demeure fréquemment un handicap social. Il est inquiétant de constater encore aujourd'hui de telles souffrances chez les individus doués découlant de problèmes parfois très graves d'intégration alors que, comme le stipule la spécialiste Monique de Kermadec dans la conclusion de son livre "L'adulte surdoué - Apprendre à faire simple quand on est compliqué" : "Leur intelligence, leur différence, leur singularité donnent au quotidien un relief et une densité qui ne peuvent qu'enrichir le monde (...) Ce sont eux qui inventent les solutions, élaborent les grandes idées, les entreprises heureuses et ces révolutions créatrices qui ont balayé et renouvelé l'art, les sciences et les techniques. Il serait suicidaire de ne pas les aider à s'épanouir.".

Personnellement, au travers de ce site sur le haut potentiel, est venue l'heure d'esquisser un fragment de ma vie imaginée, à savoir d'écouter mon coeur et mon intuition afin de tenter de donner réalité à ma mission personnelle à conduire que je pressens depuis ma plus tendre enfance : Aimer et aider mon prochain dans le malheur. Surdoué est beaucoup plus qu'un Q.I ; surdoué avant tout de coeur, l'individu à haut potentiel est tout d'abord une personnalité à part entière.

Cette mission d'information et de protection est d'autant plus primordiale que s'il on en croit encore Monique de Kermadec : "Il faut savoir que la surdouance ne disparaît ni ne diminue avec l'âge. Elle aurait même tendance à s'accroître et, avec elle, les caractéristiques qui la rendent tellement inadaptable à une vie en communauté. (...) Il y aura toujours sur le parcours de tout adulte surdoué des individus incapables de comprendre l'originalité et la richesse de cette personnalité, et, partant, déterminés à lui mettre des bâtons dans les roues."

L'objectif de ce site internet est également d'en finir définitivement avec les mythes sur les surdoués (enfants comme adultes) :

  • Le surdoué est omniscient et performant dans tous les domaines
  • Les adultes surdoués, en avançant dans la vie, surmontent leurs problèmes d'enfant précoce
  • Les adultes surdoués, grâce à leur intelligence, comprennent bien ce qu'est être surdoué
  • En raison de leur intelligence et de leurs talents, ils ont une image positive d'eux-mêmes
  • En raison de leur intelligence, ils débordent d'idées et se motivent facilement
  • Ils sont admirés et n'ont aucune difficulté à se faire des amis
  • Puisqu'ils sont surdoués, ils en apportent la preuve : ils réussissent dans leur vie professionnelle

Ces sept affirmations sont tout à fait fausses et pourtant elles demeurent très vivaces dans l'esprit de la plupart des gens comme l'archétype populaire du surdoué. Or, un enfant ou adulte surdoué est avant tout un être humain doté d'une intelligence différente, qualitative avant d'être quantitative, mais certainement pas une bête à concours dont la vie est totalement rose tous les jours. Prenons pleinement conscience du fossé énorme entre réalité et les mythes.


Arnaud FIOCRET © 2011

Toutes les images ainsi que les textes de ce site sont protégés par les lois internationales sur le copyright et ne peuvent être utilisés, sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite de son auteur. © Copyright Arnaud FIOCRET.