Retour accueil traits

Caractéristiques du cerveau du surdoué

La douance ? Tout se joue dans et depuis le cerveau.

Il s'agit ni plus, ni moins d'un fonctionnement différent du cerveau chez 2% d'individus de la population française. En parlant ainsi, on se croirai dans un film de science-fiction mais c'est bel et bien la vérité. J'ai toujours en tête la réflexion de cette jeune femme qui a illuminé mon chemin : "C'est un fait, nos cerveaux ne fonctionnent pas pareil et ne serons jamais en phase."

Sur le coup, je fus interloqué mais j'ai fini par comprendre le message.

Le surdon ou ce que l'on appelle surtout très précisément la surefficience mentale est la différence ainsi que souffrance qui me caractérisent et font de moi depuis ma naissance, un être à part, qui a souvent du mal à trouver ma place en société par des comportements pouvant être déroutants. Le cerveau n'est jamais en pause, jamais en repos, jamais en paix également, ce qui découle sur un hyper-fonctionnement intellectuel permanent qui a son revers dans la vie sociale.

Plusieurs différences fondamentales ont été relevées dans un cerveau "fini" d'adulte à haut potentiel comme le mien :

  • La vitesse neuronale
  • Le traitement multispacial
  • L'utilisation simultanée des deux hémisphères du cerveau
  • Le fonctionnement des 5 sens

La vitesse neuronale est presque double entre un sujet "normal" et un sujet comme moi, touché par ce sur-régime cérébral. Le flux d'informations entre les neurones peut atteindre les 3,5 mètres/seconde contre seulement 2 mètres/seconde chez un sujet "normal". C'est la raison pour laquelle de nombreux troubles et excès apparaissent chez ces individus, qui ont tendance à les marginaliser dès l'enfance aux yeux du reste de la population. Le THADA (Trouble d'Hyperactivité Avec Déficit d'Attention) peut notamment faire son apparition. On peut même passer à tord pour des débiles mentaux et finir dans un hôpital psychiatrique si notre différence est mal traitée par le corps médical. Ne pas comprendre qui on est vraiment lorsqu'on est enfant, adolescent ou adulte, peut conduire jusqu'au suicide.

Le traitement multispacial des informations est également de vigueur dans leurs cerveaux, ce qui n'est pas le cas dans les cerveaux de sujets "normaux", cela s'exprime par une hypersensibilité des personnes touchées par la douance. Pour le traitement d'une information, mon cerveau va activer plusieurs zones simultanément tandis que le cerveau du reste de la population traite les informations dans des zones bien localisées en fonction de leur application. Comment voulez-vous donc déjà à ce niveau que ce soit simple pour moi, pour eux ?
Si mes 5 sens suralimentent mon cerveau, on assiste à une difficulté réelle de me focaliser sur la bonne information. Cela révèle alors ce que l'on appelle un déficit de l'inhibition latente. L'inhibition latente est un "filtre" aux informations qui ne sont pas importantes qui fonctionne très bien chez les sujets ordinaires mais dans mon cerveau, encore une fois, le filtre fonctionne mal. Mon cerveau ne fait pas de différences entre les diverses informations qui me parviennent et les traite toutes avec la même importance : Le cerveau sature !

L'utilisation simultanée des deux hémisphères du cerveau complique encore le fonctionnement de celui-ci. C'est ici que se trouve la signification humoristique du cerveau monté à l'envers que l'on peut lire dans l'un de mes billets postés sur mon blog. De l'humour mais c'est tellement vrai pourtant ! Généralement, c'est le cerveau gauche qui travaille dans un sujet ordinaire, lieu de l'analytique ainsi que de la logique et enfin du langage. Chez moi encore, pas de chance, c'est le contraire ! C'est le cerveau droit de l'intuition, de la créativité et du traitement global des informations qui fonctionne majoritairement par rapport au gauche. C'est d'autant plus vrai chez un sujet comme moi dans lequel a été diagnostiqué un Quotient de créativité d'une rare intensité au point qu'il n'a pu être mesuré sur une échelle connue. C'est la raison pour laquelle l'un de mes troubles et excès est notamment la créativité exacerbée qui a trouvé sa porte de sortie dans un don acquis naturellement, dans la photographie, à la force de mes propres expérimentations et de mon extrême curiosité.

Le fonctionnement en "arborescence" de mon cerveau droit fait que je pense concrètement (quasi physiologiquement) différemment de la grande majorité de la population puisque c'est mon intuition, ma créativité ainsi que mon affectivité pour les tâches à accomplir qui me guident par le bout du nez. D'une idée qui me traverse la tête en jaillissent tellement d'autres d'un seul coup d'une façon totalement désorganisée et incontrôlable que cela me conduit bien souvent au fameux sur-régime de la pensée, déjà plusieurs fois évoqué.
Me concentrer réellement sur un seul sujet à la fois m'est très souvent impossible car il me faut stimuler beaucoup de mes sens pour me sentir équilibré. Tout élément peut conduire à différentes possibilités qui elles-mêmes conduisent à d'autres pistes et ce, par association d'idées, à l'infini. Ainsi, dans mon métier de Dessinateur-Projeteur, j'éprouve parfois de grosses difficultés à produire pour mes collègues qui ne comprennent pas toujours ma méthode de travail extrêmement rigoureuse d'avoir besoin d'être constamment totalement rassuré d'avoir tous les éléments en main pour parvenir à démarrer les tâches à accomplir.

Un problème simple pour les personnes atteintes de douance ne l'est pas vraiment. Si toutes les données du problème n'ont pas été intégralement décrites, ils vont imaginer toutes les possibilités de variables et se retrouver à gérer un problème bien plus complexe que vous en l'aviez imaginé. Un stimulus, une idée, en amènent d'autres, encombrant à nouveau le cerveau de réflexions plus ou moins importantes ou nécessaires dans l'instant mais ne cessant jamais.

Enfin, le fonctionnement des 5 sens s'illustrant par une hyper-réceptivité émotionnelle, ils sont beaucoup plus aiguisés que la moyenne chez des sujets comme moi et envoient beaucoup plus d'informations à mon cerveau. Des phénomènes neuropsychologiques font alors leur apparition telle que l'hyperesthésie, voire à de la synesthésie. L'hyperesthésie est une sensibilité exacerbé des sens qui fait ressentir à la personne les stimuli extérieurs plus intensément. Le bruit assourdit, les couleurs sautent aux yeux, les odeurs dérangent. La synesthésie quant à elle, est la capacité de « lire » le stimulus adressé à l'un des 5 sens grâce à un autre sens. Ainsi je peux être en mesure de goûter la musique, sentir le bruit, ressentir la bonne photo à prendre...Etc. Une extrême sensibilité qui peut faire de moi un véritable phénomène aux yeux des autres avec tous les revers que sont la moquerie, l'envie, la jalousie qui peuvent en découler...


Arnaud FIOCRET © 2011

Toutes les images ainsi que les textes de ce site sont protégés par les lois internationales sur le copyright et ne peuvent être utilisés, sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite de son auteur. © Copyright Arnaud FIOCRET.